Jean Kourkouas dut également défendre Constantinople contre les forces russes du prince Igor de Kiev qui, en 941 et en 944, voulait contraindre l'empire à accorder des conditions commerciales avantageuses aux marchands russes maintenant présents dans toute la Méditerranée. En 1095, Constantinople était ainsi délivrée des dangers que représentaient ses voisins immédiats[172]. L’expression s’est très vite forgée : « C’est Byzance ! Les villes de l’empire s’agrandissent, et la richesse se répand dans les provinces grâce à la nouvelle sécurité. Pendant sa longue marche, l'armée fut continuellement harcelée par les Turcs tenus informés des progrès de l'expédition par Isaac, jusqu'à ce que Frédéric se noie le 10 juin et que son armée se disperse[199]. La régence incomba d'abord au patriarche Nicolas Ier Mystikos, puis à la mère de Constantin, Zoé, laquelle dut faire face aux attaques de Syméon de Bulgarie et à celles des Arabes d'Asie et d'Afrique. Rapidement, Jean Asên reprit la Thrace et la Macédoine conquises par Théodore de même qu'une partie de l'Albanie. Béla III de Hongrie s'empara de la Dalmatie, de la Croatie et de la région de Sirmium. Ceux-ci envahirent d'abord la Thrace en 1086 avec leurs alliés les Coumans. Sur le plan intérieur, même le principe de la corégence ne réussit qu'à moitié et ce fut un petit-fils, Constant II (630-668), alors âgé de onze ans, que les généraux choisirent comme empereur. En échange, il renonçait à ses prétentions sur les possessions byzantines d'Italie (essentiellement la province de Venise)[101] et de la côte dalmate. Ce sera aussi le cas de l'astronomie où, progressivement, les tables perses remplacèrent celles de Ptolémée. Avec Michel II, commence la dynastie amorienne qui mit fin à cette succession de généraux venus des thèmes d'Asie. L'empereur et son patriarche retournèrent à Constantinople en février 1440, convaincus que l'Église universelle était rétablie dans le respect des traditions de l'Église d'Orient et que Constantinople jouirait dorénavant de la protection de l'Occident. À la mort de Constantin IX en janvier 1055, la dernière survivante de la dynastie macédonienne, en la figure de Théodora (980-1056), monta sur le trône en son nom propre cette fois. Homme d'action en même temps qu'homme de lettres, il mena en 1254 et 1255 une vigoureuse campagne contre les Bulgares qui menaçaient les territoires de l'empire en Europe ; le mariage de sa fille avec l'héritier du despotat d'Épire vint consolider son influence en Europe. L’édit de Caracalla en 212 fit de tous les hommes libres de l’Empire romain des citoyens romains, sans distinction d’ordre ou d’appartenance géographique[8]. En plus d'avoir à faire face aux Arabes en Orient, Léon dut affronter le nouveau khan bulgare, Syméon, fils de Boris, qui ambitionnait de devenir lui-même basileus. Si Jules César s'intéressa à la Méditerranée après avoir vaincu les Gaulois, ce fut essentiellement en raison des difficultés qui l'opposèrent à Pompée et à la nécessité d'assurer le ravitaillement en blé de Rome. Après que Totila eut réussi une seconde fois à se rendre maître de Rome, ce ne fut pas Bélisaire mais Narsès qui fut dépêché en Italie en 551. Il préparait une nouvelle expédition contre Antioche, prélude à une expédition plus large contre la Palestine, lorsqu'il mourut en 1143 des suites d'un accident de chasse. Pas d'abonnement mensuel. En outre, la menace turque grandit progressivement et lorsque les Byzantins s'aperçurent de la gravité de la menace, il était déjà trop tard. soit le membre le plus important de l’Eglise orthodoxe. Pour payer les frais de ce mariage, il imposa une taxe spéciale sur les troupeaux. Andronic III fut surtout un militaire qui laissa l'administration de l'empire à Jean Cantacuzène. Ce fut sous son règne que la rivalité entre le despotat d'Épire et l'Empire de Nicée pour la reconquête de Constantinople atteignit son apogée. Si Constantinople était délivrée d'un péril mortel, les Byzantins étaient divisés sur la question de la foi si bien qu'à sa mort les rites de l'Église orthodoxe furent refusés à Michel VIII ; l'économie était si affaiblie que l'hyperpyron avait encore dû être dévalué. Narsès put alors se diriger vers le sud et s'emparer de Vérone, le dernier bastion goth, en juillet 561. Profondément croyant, Justinien convoqua le sixième concile œcuménique ou Quinisexte qui confirma le rejet du monothélisme. Continuant celui de son père, le règne de Michel III marqua la fin du déclin de l'empire et le début du raffermissement qui devait se poursuivre sous la dynastie macédonienne[111]. Le monophysisme était un mouvement religieux né au début du Ve siècle en réaction au nestorianisme. Le mariage ne dura que deux mois après quoi Romain alla s'installer au-delà du Bosphore, craignant continuellement les complots de la famille Doukas qui voulait protéger les droits des héritiers légitimes. La basilique est le symbole architectural de l’art byzantin. Il fut assassiné en 820 pendant un office liturgique dans la cathédrale de Sainte-Sophie par les partisans d'un autre général, Michel[105]. décorées de mosaïques (petits morceaux de tesselle peints qui mis bout à bout, comme un puzzle forme une I - L'Empire byzantin,héritage de rome. En 827, les Arabes commencèrent à envahir systématiquement la Sicile, réduisant encore davantage l'influence byzantine dans l'Adriatique. De nombreuses églises, de nombreux monastères sont fondés dans Lorsque Léon mourut en 474, Zénon (?-491) accéda au trône avec le fils de Léon, Léon II, lequel décéda la même année, laissant Zénon seul empereur régnant aussi bien en Orient qu'en Occident puisque Odoacre lui avait renvoyé les insignes impériaux après la destitution de Romulus Augustulus. A - L’Empire byzantin, entre splendeur et difficultés 1. Même la célèbre garde varègue ne fut plus formée de Russes mais d'aventuriers venus d'Angleterre[151]. Le trésor étant vide et l'armée à court d'effectifs, il tenta d'endiguer les dangers extérieurs par un habile jeu d'alliances. 72 L’Empire byzantin et l’Occident À la fin du XIe siècle, l’Empire byzantin reçoit l’appui militaire de puissantes cités italiennes qui, en retour, augmentent leurs échanges avec lui. Dans le cas d'Andronic II, le premier front fut celui des Balkans où le roi serbe Étienne Uroṧ II Milutin (1282-1321) ne cessait de pénétrer plus avant en territoire byzantin. Fiches de Cours de Histoire destinée aux élèves de Collège. Tzimiscès contracta une maladie mortelle pendant la campagne de Palestine et s'éteignit en 976 bien que la thèse d'un empoisonnement puisse aussi expliquer cette mort rapide[137]. Plusieurs fois s’oppose au patriarche. 93% de nos clients, en 2015, ont répondu être satisfaits par nos services. couronné par une vaste coupole large de 30 mètres et s’élevant à 61 mètres de hauteur. La création de cette dernière par Constantin en 330 peut constituer un deuxième point de départ à l’histoire de l’Empire byzantin avec la division définitive de l’Empire romain en 395. Toutefois, l'ampleur des conquêtes de Basile ont parfois été critiquées car les frontières n'en furent que plus difficiles à défendre[143]. L'Égypte occupait une position économique importante mais non stratégique dans l'empire. Cet empereur est l’héritier des empereurs romains mais Puis, après avoir fait deux diversions militaires, l'une en Morée, l'autre en Albanie pour empêcher tout envoi de troupes, il entreprit le trentième siège de la ville[274] en construisant, de mars à août 1452, une forteresse sur la rive européenne, dite « de Rumeli Hisarı », pour empêcher l'approvisionnement civil et militaire de la ville. Hommes et richesses dans Γ Empire byzantin. Tournée depuis des années vers l'Asie, la politique byzantine devait dorénavant porter une plus grande attention à ce qui se passait au nord de ses frontières et commencer des relations fructueuses avec la Rus'. La mère de Constantin VI, Irène (752-803), se hâta de saisir le pouvoir à la faveur d'un coup d'État manqué et de nommer des évêques iconodoules comme le patriarche Tarasios qui présida le deuxième concile de Nicée, lequel condamna l'iconoclasme comme une hérésie et rétablit la vénération des images[95]. Celui-ci réussit à s'imposer en peu de temps et à être couronné César en 862. En 867, le patriarche Photius annonçait que les Rus' après avoir tenté d'attaquer Constantinople, acceptaient maintenant qu'on leur envoie un évêque chrétien. L'année suivante, commença la campagne pour reconquérir l'Italie, laquelle, comme la côte dalmate, était aux mains des Ostrogoths. Une deuxième tentative n'eut pas plus de succès et l'appel lancé par Amaury en Occident en faveur d'une nouvelle croisade resta lettre morte. Après une première victoire du général Bardas Sklèros qui le força à se réfugier à Philippopoli (970), Tzimiscès entreprit une vaste offensive qui se termina en 971 par la déroute complète des Russes. Dès lors, le caractère prédominant de l’histoire byzantine est l’exceptionnelle longévité de cet empire pourtant confronté à d’innombrables défis tout au long de son existence comme en témoigne le grand nombre de sièges que dut subir sa capitale, Constantinople. Celle-ci est richement ornée de mosaïques représentant l’empereur Justinien et sa femme Théodora. Les structures qu'ils donnèrent à leur administration reprirent les structures romaines avec des titres comme questores palatii ou domestici. Son rêve fut de recréer un empire unifié autour de la Méditerranée, doté d'un système juridique moderne et d'une foi unique[40]. La partie n'était toutefois pas gagnée puisque, à l'Est, les monophysistes d'Égypte et de Syrie se sentirent encore plus isolés ce qui fragilisa sensiblement l'empire[57]. Cette bataille dynastique laissait le champ libre à Mourad pour poursuivre la conquête des Balkans. Les années qui suivirent furent marquées par la reprise des combats dans les Balkans jusqu'à ce qu'un complot ourdi par le propre frère de l'empereur, Alexis, ne renverse Isaac qui eut les yeux crevés et fut exilé dans un monastère. Venise ou la richesse des marchands Philippe Braunstein dans collections 43 daté avril - juin 2009 - Plaque tournante du commerce international, Venise est au quattrocento, l'une des villes les plus puissantes et les plus riches d'Italie. porte le titre de basileus. En 813 puis en 820, il y a de nouveaux renversements d'empereur. Pour lutter contre lui, Léon s'allia à un nouveau peuple apparu vers 880 sur le Danube et qui allait bientôt causer de nombreux problèmes : les Magyars, dirigés par Árpád de Hongrie[123]. Il puise ses origines dans la fondation même de Rome, et la datation de ses débuts change selon les critères choisis par chaque historien. Pour arriver à ses fins, il crut bon d'adopter une coutume qui s'installait dans l'Europe féodale, celle du serment d'allégeance, faisant des barons ses vassaux, les obligeant à rendre à l'empire les terres qu'ils pourraient conquérir et à se conduire à l'égard de leur nouveau suzerain « en toute soumission et avec pures intentions »[173]. Ils … La bataille d'Ankara, le 20 juillet 1402, devait mettre en déroute l'armée de Bajazet. La partie occidentale est restée, très affaiblie, avec la capitale à Rome. Il profita toutefois de l'avancée des croisés pour reconquérir les côtes de l'Asie mineure ainsi que la ville de Nicée mais Antioche échappa à son contrôle et devint le siège d'une principauté latine tentant de préserver son indépendance face aux revendications byzantines[175]. Les Basiliques constituent un ensemble de 60 livres divisés en six tomes. Son fils, aussi nommé Héraclius, prit alors la tête d'une escadre qui se dirigea vers Constantinople, s'empara de la ville et fit exécuter Phocas[69]. En fonction de ses intérêts, Venise s'était approprié une série d'îles qui reliaient l'Adriatique à Constantinople, occupant également la Dalmatie. Un traité signé en 1424 entre lui et Manuel fit à nouveau de Byzance le vassal des Ottomans à qui elle dut payer un tribut de 300 000 aspres en plus de lui concéder les ports de la mer Noire, sauf Mesembria et Derkos[268]. En tant qu’héritier de l’Empire romain, l’Empire romain d’Orient, aussi nommé l’Empire byzantin, puise ses origines dans la fondation même de Rome. Les Byzantins se replièrent vers trois centres qui la perpétuèrent : le despotat d'Épire, l'Empire de Trébizonde et l'Empire de Nicée. Empires carolingien et byzantin. La défaite de Mantzikert contre les Seldjoukides en 1071 eut pour conséquence la perte de l'Asie mineure et l'arrivée au pouvoir des Comnène en 1081. Nicéphore s'allia au prince de Kiev, Sviatoslav, contre les Bulgares. Constantin VIII eut trois filles dont la plus âgée, Eudoxie, se fit religieuse, la deuxième, Théodora Porphyrogénète se récusa à la mort de son père, laissant à Zoé la charge d'assurer la pérennité de l'empire. Ce mariage forcé entre Zoé et Romain ne dura guère et, bientôt, l'impératrice Zoé s'éprit du frère de Jean l'Orphanotrophe, moine et eunuque qui était devenu le favori de Romain Argyre. En son absence, le mégaduc (chef de la flotte) Alexis Apokaukos fit circuler la rumeur que Cantacuzène tentait d'usurper les droits de Jean V, à la suite de quoi le patriarche se proclama régent, les partisans des Cantacuzènes furent pourchassés et l'impératrice-mère démit Jean Cantacuzène de son commandement[251]. Paris. Après avoir feint le plus grand respect pour Zoé, Michel tenta de se débarrasser d'elle définitivement, mais il se heurta à la colère de la population pour qui l'impératrice représentait la légitimité de la dynastie macédonienne. Elle joua ainsi un rôle de pont entre l'Orient et l'Occident, rôle qui ne fut jamais aussi important que lorsque l'empire byzantin fut près de sa fin[293] (cet héritage byzantin est le plus souvent occulté dans l'historiographie occidentale moderne[N 2]). (division au sein de l’Eglise) nait. Théodose fut le dernier empereur dont l’autorité couvrait entièrement les étendues traditionnelles de l’Empire romain[17]. Si son prédécesseur, Anastase, avait été partisan du monophysisme, Justin revint à l'orthodoxie religieuse et fit alliance avec le pape Jean Ier qui visita Constantinople. Les soldats-paysans des thèmes se transformant en contribuables, non seulement les effectifs se réduisirent mais les empereurs durent se tourner vers les mercenaires. Les victoires de Jean Hunyadi[270], voïvode de Transylvanie et régent de 1446 à 1453 pour le jeune roi Ladislas Ier, soulevèrent quelques espoirs mais le manque de coordination entre le roi de Hongrie et Venise empêcha tout progrès sérieux. Avec les Comnènes, les membres de la famille impériale se retrouvaient au sommet de la hiérarchie et exerçaient les plus hauts emplois civils et militaires. Mais son administration frugale permit au Trésor impérial de se reconstituer, si bien qu'à sa mort il contenait 320 000 livres d'or malgré les activités de fortification onéreuses déployées pour protéger les frontières. La mort d'Andronic III ayant réveillé les désirs d'expansion des Serbes, des Bulgares et des Turcs, Cantacuzène, en sa qualité de grand domestique, dut partir pour la Thrace. Voir plus d'idées sur le thème Bijoux byzantin, Bijoux, Byzantin. 2015 - Imperium Romanum Orientale Byzantine Empire ~ Power and Influence. Toutefois, jusqu'à sa mort en 1421 il entretint des relations cordiales avec Constantinople[267]. Cette union contre un royaume fidèle à Rome exigea cependant que, rompant avec l'union scellée par Kalojan avec l'Église romaine, Jean puisse établir un patriarcat orthodoxe à Tirnovo. Procope, Histoire de la guerre contre les Perses, I.7.1-2; Greatrex & Lieu 2002, p. 63. Books & Ideas is the English-language mirror website of La Vie des Idées, a free online journal which has gained a large readership and established itself in France as a … L’église Sainte-Sophie a été transformée en mosquée et elle est aujourd’huiun des musées de la ville d’Istanbul. Il gouverna donc aussi bien l'une que l'autre à une époque où questions politiques et théologiques ne pouvaient être dissociées. Il n'en fut rien cependant et les efforts de Manuel pour pousser son avantage en Italie n'eurent pas de succès, le forçant à négocier un arrangement avec Guillaume Ier. Dans les Balkans, Manuel réussit à rétablir l'autorité impériale et à conserver la Dalmatie et une partie de la Croatie. Prudent et méthodique, Mehmed II, dit « le Conquérant », commença par isoler diplomatiquement Constantinople en signant des traités avec les seuls susceptibles de lui venir en aide : Venise et Jean Hunyadi. En Hongrie, il intervint de 1161 à 1173 dans les affaires de succession, soutenant un candidat puis l'autre jusqu'à ce qu'il installe Béla III sur le trône. L’Empire romain fut à nouveau divisé par le successeur de Valens, Théodose Ier (surnommé « le Grand ») qui régna sur les deux parties depuis 392 : suivant les principes dynastiques bien établis par Constantin, en 395 Théodose donna les deux moitiés de l’Empire à ses deux fils, Arcadius et Honorius ; Arcadius devint le dirigeant de la partie orientale, avec sa capitale à Constantinople, et Honorius le dirigeant de la partie occidentale, avec Ravenne pour capitale. La victoire de Léon à Amorium en 740 devait mettre fin à ces incursions en Orient, tout comme la victoire de Charles Martel à Poitiers en 732 arrêta leur avance en Occident[85]. Ce fut par exemple le cas de Nicéphore Grégoras (1290- ca 1360) qui, né en province, reçut d'abord l'appui de son oncle, le métropolitain d'Héraclée du Pont. Ces échanges sont favorisés par la frappe d’une monnaie d’or et d’argent. Manuel, qui était véritablement fasciné par le monde des chevaliers et ses coutumes, nomma nombre d'entre eux dans son administration, ce qui, joint aux privilèges dont jouissaient les marchands de Venise, Gênes et Pise, provoquait un mécontentement croissant dans la population[185]. Cette interprétation perdure dans la conscience collective de l'Occident, bien qu'elle soit totalement battue en brèche par les historiens contemporains et par les recherches archéologiques, linguistiques, toponymiques, ethnologiques, économiques, paléo-climatologiques et paléogéographiques qui sont venues compléter les travaux existants. Open-minded listeners only : underground music from all over the world since 2008. Après avoir fixé sa capitale à Nicée, Théodore s'appliqua à constituer un empire copié exactement sur les traditions qui avaient eu cours à Constantinople. Lieu De Culte Vieille Ville Byzantin Basilique Paysages Du Monde Architecture Moderne Abbaye Religieuse Asie. C’estune grande richesse pour l’humanité de possédait de pareils vestiges de notre histoire. La dernière modification de cette page a été faite le 30 septembre 2020 à 13:35. Il est considéré comme le « lieutenant de Dieu » sur Terre. Son fils et successeur, Constantin V (718-775), non seulement continua la politique de son père, mais encore persécuta les iconodules ou partisans des icônes. C'est là qu'après la chute de Constantinople, il commença à organiser la résistance à l'empire latin. Georg Ostrogorsky décrit l'Empire byzantin comme « la synthèse de la culture hellénistique et de la religion chrétienne avec la forme romaine de l'État ». La Méditerranée était redevenue un « lac romain »[45]. D'autre part, les concessions accordées aux Génois le privaient de sources de revenu considérables[232]. En même temps qu'elle aura défendu l'Europe contre l'Orient au cours de nombreuses invasions, notamment en créant avec le monde slave ce que Dimitri Obolensky appela le « Commonwealth byzantin », Byzance permit aussi à l'Europe de découvrir la richesse intellectuelle du monde arabe et musulman. » et Il profita de l'occasion et fondit sur la ville, faisant fuir Baudouin II et son entourage[228]. Celui-ci eut à lutter contre les Bulgares dirigés par un chef audacieux et entreprenant : Kroum[99], allié de Charlemagne contre les Avars[100]. Être Byzantin, Romain ou civilisé équivalait ainsi à être hellène. Au moment où le soleil se levait, les Turcs entraient par une brèche dans la ville. Cette invasion aussi rapide s'explique par diverses raisons. Les anti-unionistes furent gravement offensés par le choix de ce patriarche condamné par le Grand Duc Basile II lors de son retour à Moscou « comme un loup féroce qui décime son troupeau innocent »[272]. Au Nord-Ouest, les Hongrois passèrent le Danube pour s'emparer de Belgrade pendant que les Oghouzes envahissaient une partie des Balkans, que la Croatie se déclarait indépendante et faisait allégeance à Rome, et que Constantin X installait les Petchénègues en Macédoine. En tant qu’héritier de l’Empire romain, l’Empire romain d’Orient, aussi nommé l’Empire byzantin, puise ses origines dans la fondation même de Rome. Si Richard Cœur de Lion avait décidé de se rendre en Palestine par voie maritime (conquérant Chypre en 1191, laquelle resta pendant des siècles aux mains des Occidentaux), Frédéric Barberousse choisit de s'y rendre par voie terrestre, via la Hongrie et les Balkans. Deux Eglises aux pratiques différentes se constituent : l’Eglise déchu. Toutefois, à l'ouest et dans le nord des Balkans la résistance s'organisait sous l'impulsion du roi de Hongrie Ladislas III Jagellon et du despote serbe Georges Brankovic. Son fils, Jean II Comnène (1087-1143) parfois appelé « le plus grand des Comnènes »[176] devint empereur en dépit du complot d'Anne, sa sœur ainée, pour le faire assassiner et s'emparer du trône avec son mari, le césar Nicéphore Bryenne. Aussi, lorsque celle-ci exigea que les armées lui prêtent serment, la nommant en premier lieu et Constantin ne venant qu'au second rang en tant que coempereur, celles-ci se rebellèrent et acclamèrent Constantin comme unique souverain, en octobre 790[96]. L'empereur Constantin Ier rétablit l'unité impériale en 325, mais il décide de quitter Rome et transporte, en 330, la capitale de l'Empire à Byzance (qui devient alors Constantinople). byzantin, Empire ou Empire romain d’Orient (476-1453), empire médiéval chrétien, correspondant à la partie orientale de l’antique Empire romain disparu au v e siècle. Muʿawiya ne put s'emparer de Constantinople et dut signer un accord de paix de trente ans. Jusqu'à l'avènement d'Héraclius en 610, l'Empire byzantin constitua la continuation directe de l'Empire romain qu'il tenta de reconstituer. Sous Marc Aurèle, les Marcomans vivant près du Danube se mirent à traverser la frontière (vers 166-167) sous la pression d'autres populations venant de l'Est[6]. En 1327 et 1328, le conflit dégénéra en guerre ouverte entre celui qui était devenu Andronic III appuyé par les Bulgares et Andronic II appuyé par les Serbes. En Arménie, l'attachement à l'hérésie « monophysite » constituait un obstacle à la loyauté à l'empire. Il ne s'agissait pas d'une simple compilation des constitutions impériales en vigueur depuis le temps d'Hadrien. Ces deux moines sont envoyés au IXème siècle par le patriarche Phôtios pour évangéliser (enseigner Justinien s'engageait à payer un tribut de 400 solidi d'or par an[47]. Pour des périodes comme celle allant du VIIe au Xe siècles, l'état des sources était trop parcellaire dès l'origine ; pour d'autres périodes, les sources ont pu être plus abondantes, mais la disparition d'un hellénisme plus que bimillénaire en Anatolie et à Constantinople après le Traité de Lausanne de 1923, s'est traduite par l'abandon au XXe siècle de nombreux fonds d'archives et d'objets, détruits ou bien passés dans le commerce d'antiquités sans avoir été étudiés. L'Italie, la plus grande partie de l'Afrique du Nord, une partie de l'Espagne ainsi que les îles de la Méditerranée dépendaient à nouveau de l'empereur romain à Constantinople. Mais, contrairement aux premières croisades, la réponse ne vint pas des souverains, trop préoccupés par leurs querelles en Europe, mais plutôt de comtes français comme Thibaut de Champagne et Louis de Blois qui prirent la croix au sortir d'un tournoi en novembre 1199[206]. 76.8k Followers, 479 Following, 1,533 Posts - See Instagram photos and videos from Posterlounge (@posterlounge) Après avoir feint de protéger le jeune empereur, Andronic Comnène (1118-1185) se fit lui-même couronner empereur et, deux mois plus tard, faisait étrangler Alexis dont le corps fut jeté à la mer. C'est ainsi que Titus Flamininus devint le premier général à mener des armées romaines en Grèce et à y créer une sorte de protectorat (196 av. Ce fut surtout en politique étrangère que se démontra son génie diplomatique. L'union fut ainsi proclamée le 12 décembre 1452 à Sainte-Sophie, désertée par ses fidèles. Sans consulter l'Église, Léon promulgua un édit qui faisait de l'iconoclasme la politique officielle de l'empire ce qui provoqua la démission du patriarche Germanicus et la colère du pape Grégoire II, affaiblissant du même coup l'autorité de l'empereur en Italie. Son legs intellectuel fut néanmoins aussi important que l'héritage militaire ou politique de ses prédécesseurs.

Magasin Destockage électroménager Tours, Fast Food Gare De Lyon Paris, Webcam La Guérite, Minikeums Dessins Animés Liste, Nom De Divinité, Annulation Parking Aéroport Toulouse-blagnac, Le Jardin La Rochelle,

Laisser un commentaire